[Union Musicale en Combrailles]

Séjour à San Mateo de Gállego en Espagne.

Préambule :


Ce carnet de séjour relate les évènements qui se sont passés entre le samedi 23 et le vendredi 29 août 2008 lors du voyage de jumelage entre les villes de Saint-Georges-de-Mons, Les Ancizes-Comps, Sinzing (Allemagne) et San Mateo de Gállego. Les jours y sont décrits chronologiquement et une vision particulière, ma vision des faits, est utilisée pour apporter un peu plus de détails au simple emploi du temps de ce séjour.
En effet, chaque participant à ce jumelage a sa propre approche, sa propre analyse des différentes situations dans lesquelles nous nous sommes retrouvés et des moments que nous avons vécus en groupe ou en familles.
Ce carnet de séjour engage donc uniquement (comme vous l’aurez compris) ma version des faits en ajoutant évidemment quelques « petites » remarques et observations personnelles.
Pour les personnes visées (principalement les musiciens mais pas uniquement) il faut savoir que certaines situations ont légèrement été exagérées par mes soins pour rajouter un peu de « piment » à ce carnet. Aussi, mes propos, bien que légèrement alimentés, comme je viens de le faire remarquer, sont dans tous les cas basés sur des faits bien réels.
Je commence ainsi le carnet comme prévu par le départ du samedi matin.

Samedi 23 août : Le voyage et l’arrivée en Espagne


Ça y est, c’est le grand jour du départ et tout le monde (qui était initialement prévu) est au rendez-vous à 7h00. En fait le rendez-vous était prévu à 6h45 mais les Auvergnats ont souvent un petit retard de 15 min (vous comprendrez cette allusion plus tard). Tout le monde est donc là, la majorité bien couverts et d’autres en tee-shirt, short et tongs (c’est peut-être un hommage à Pierre qui ne vient pas avec nous), bref, le matos est dans le bus et tous les bagages aussi, alors c’est parti.
Après 12h30 de trajet, occupé par des parties de tarot, de nombreuses exclamations de Laurence et Brigitte, sans oublier Etienne qui lui aussi se lâchait également sur ce qu’il apercevait à l’extérieur du bus. Après un repas de midi agrémenté d’un petit apéro et d’une bonne bière sur le territoire espagnol, après tout cela et bien d’autres choses encore (vous aurez remarqué que précédemment j’ai bien dit que tous les bagages étaient dans le bus mais en aucun cas que tout le matos y était aussi, n’est-ce pas Alain !!!), nous voici arrivés à destination, à 19h30 précisément.
En descendant du bus : stupéfaction pour tout le monde, en voyant cette horde d’Espagnols venus nous accueillir, mais surtout « stupeur et tremblements » pour Rodolphe lorsqu’il s’aperçut qu’il n’y avait pas d’alcool au grandiose apéro que nos hôtes nous avaient préparé (dommage, la glacière était restée dans le bus).
Après autant d’émotion, la répartition des familles se fit dans un calme des plus absolus (pour info, les Espagnols parlent légèrement plus fort que Brigitte, oui oui c’est possible).
Avec du recul, nous remarquons vite que nous avons des hôtes qui nous ressemblent un peu. En effet, Guillaume (un ami de Laurence dont vous entendrez parler quelques fois) et moi- même sommes chez José, un petit gars tout calme et super gentil. Laurence est tombée chez un petit nerveux qui parle beaucoup et qui boit autant qu’il parle, tout en restant d’une énorme gentillesse. Dernier exemple, Rodolphe est quant à lui dans une famille de musiciens avec en plus une infirmière à la maison. Enfin ça ne marche pas pour tout le monde car Bruno n’a pas eu la chance de parler mécanique chez un bon barbu espagnol !
Ensuite, un bon petit repas un peu tardif (vers 21 h 30) nous attendait, et cette bonne journée ne nous permit pas d’envisager une quelconque activité du style petite bière (enfin pour ma part) avant de nous endormir profondément.

Dimanche 24 août : La piscine

Bien que dérangés à 6h00 à cause d’un imbécile (non ce n’était pas Guillaume) ou plutôt de son réveil qu’il n’avait pas désactivé de sa fonctionnalité de la veille, nous nous sommes réveillés Guillaume et moi (ça y est vous avez trouvé qui était l’imbécile en question ou alors vous l’êtes aussi !!!) progressivement et dans le calme jusqu’à l’arrivée de Laurence (Pourquoi suis-je parti en vacances avec ma sœur L ???!).
Heureusement, un petit déjeuner copieux nous attendait avant la visite du centre de San Mateo (Centre Municipal, Collège…).
A notre retour vers 13h45, un somptueux repas nous attendait avec au menu : gazpacho, tortilla de légumes et poisson…un vrai délice. Il faut dire qu’avec Guillaume, on est bien tombé chez José, car il est cuisinier à l’hôpital de Saragosse (attention, toute comparaison avec la nourriture servie dans les hôpitaux français serait déplacée). Puis c’est l’heure de la sieste, écourtée par Luis, l’hôte de Laurence, venu pour nous proposer un petit café. Ce café est servi avec des glaçons (pourquoi refroidir un café chaud ?) et en plus ils rajoutent parfois du cognac dedans (peut-être pour le réchauffer à nouveau ???).
Après ces petites émotions de torréfactions alcoolisées, nous sommes partis à la piscine. Au programme, concours de plongeons, de bombes… ou de plats, cours de dos crawlé pour Rodolphe (c’est pas gagné !) et enfin, cours d’aquagym collectif avec Bruno dans les bras de Chuper Roro et Laurence dans les bras…. de Jésus (si si, des vidéos sont mêmes disponibles !). Le même Jésus nous expliquant qu’il ne pouvait plus marcher sur l’eau car ses pieds avaient été percés (mais ça, c’est une autre histoire), chose que Guillaume comprit seulement le soir au moment de se coucher.
Ce soir, un très bon repas de salades et charcuterie nous attendait et Laurence goûta ainsi au meilleur gazpacho de toute sa vie entière (bon d’accord, elle n’en a bu que 2 pour l’instant). Enfin pour bien dormir, une petite bière pour changer. Voilà, le week-end est fini et une bonne semaine nous attend, à commencer par la visite de l’exposition internationale à Saragosse.

Lundi 25 août : Exposition sans insolations.

7h05 : Réveil quelque peu difficile car lorsqu’on pense qu’on est en vacances, ça fait toujours plus mal de se réveiller plus tôt que lorsqu’on va au boulot (je parle pour moi) enfin bon, c’est comme ça, allez hop on se lève.
Non, cette fois Laurence n’est pas venue nous réveiller car à cette heure-ci, elle en est sûrement au même point que nous : « Laurenza, leventate !!! » (traduction : « Debout Grognasse !!! »).
Après ce réveil, la journée fut des plus calmes et reposantes avec juste un peu de marche dans l’exposition internationale de Saragosse et la « merveilleuse » visite d’un podium français…Enfin….non ! je ne vous en parle même pas car là, je préfère passer pour un Espagnol, un Marocain, un Croate, un Japonais (même si j’ai pas vu ce podium-là et que j’ai pas trop le physique !!!) plutôt que de m’identifier à la représentativité de ce podium français.
Bon vous l’aurez compris, mis à part quelques déceptions patriotiques ce fut une superbe journée, culturellement intéressante mais « podologiquement » harassante. Il est difficile de décrire en quelques lignes le contenu de ce que chacun a pu voir durant cette journée, je laisse ainsi libre chaque personne présente de raconter elle-même son expérience. J’agrémenterai seulement ce récit par une citation de Rodolphe avant le spectacle final de cette belle journée ensoleillée et bien remplie : « Quoi qu’il arrive maintenant, on peut dire qu’on aura passé un excellente journée » et il avait bien raison !!!
Retour à 0h15 et dodo muy rapido.

Mardi 26 août : Concert, Céramique, Peinture et Sévillana : Olé.


Lever plus qu’agréable car José nous a préparé un petit déjeuner de roi : chocolat chaud bien épais avec des churros (pâtisserie espagnole). Hum… j’en rêve encore.
Après la répétition de 10 h, place à la cérémonie officielle de jumelage et là, c’est le début de quelques allers et retours avec les instruments entre la mairie et l’église, ne sachant pas exactement où cette cérémonie allait avoir lieu. Heureusement qu’il n’y a que 100 m entre les deux édifices car, en chemise et nœud papillon sous un soleil de plomb, même la montée de Manzat sous la neige, pendant le défilé du 8mai, à coté c’est du gâteau. Avant donc de jouer les quelques hymnes officiels (allemand, français, espagnol et européen), nous avons droit aux traditionnels discours protocolaires de chaque ville jumelée, en 3 versions différentes : notons qu’à chaque fois, la dernière traduction est plus courte que la version originale (c’est pour ça qu’il vaut mieux regarder un film en VO). Notons également l’excellent discours d’Annie (représentante de la mairie de Saint-Georges) et la belle performance du Maire des Ancizes qui a fait un discours aussi long que chez lui (avec en plus les traductions, je vous laisse imaginer) sauf que cette fois-ci il n’y avait pas de brioches à la fin.
Alors qu’en France c’était largement l’heure de manger, voire de la sieste bruyante de mon père devant la télé, ici à San Mateo c’était l’heure de notre concert. Un concert dont les morceaux étaient présentés par Rodolphe (en français car lui à part : « una cerveza por favor… ») et traduits en espagnol par Jésus (forcément, dans une église, c’est le must). Eglise remplie, concert très beau (en toute objectivité) et un solo de clarinette remarquablement interprété par Laurence (ben oui, je reconnais aussi lorsqu’elle fait des choses bien ma petite sœur chérie que j’ai bien fait d’emmener avec moi en vacances finalement !). Après concert, matos comme d’habitude et apéro….. comme d’hab aussi !!!
L’après midi, séance piscine où le cours de Rodolphe était cette fois-ci le crawl et les virages en crawl et brasse. Il se débrouille de mieux en mieux, travail sérieux à poursuivre !!!. La prochaine fois, on apprend le papillon (enfin on verra, à regarder de plus près comment il nage, on fera peut-être encore un peu de crawl finalement).
18h00, pour ceux qui n’ont pas choisi la peinture ou la céramique, c’est l’heure du cours de Sévillana, initialement prévu à 17h00 – Et oui, le quart d’heure Espagnol dure bien plus qu’un quart d’heure Auvergnat -.
22h00, après une bonne séance de danse espagnole, voici venu le temps « des rires et des chants » (dixit Casimir) autour d’un bon repas avec une entrée, un plat, un dessert. Ben oui, c’est comme en France, à un détail près, c’est qu’au moment du plat, là où en France on aurait eu une petite cuisse de poulet, ici en Espagne on a eu une grosse patte d’agneau. Rodolphe, lui, a même eu droit à un beau gros jambon.
Après, ben, on a fait la fête, coucher à 2h30 pour certains, plus tard pour d’autres, mais pour tout le monde un léger sifflement dans les oreilles (non non, ça vient pas du concert de ce matin !!!).

Mercredi 27 août : Des visites, des visites et….des gustations !

Lever vers les coups de 9h00.
La suite, c’est comme d’habitude : petit déjeuner très complet et arrivée en retard pour Charlaine (c’est pas entièrement de sa faute !).
Départ à 10h00 au lieu de 9h30 (Oui, Charlaine était plus à l’heure que d’habitude) avec des ados « sur-vitaminés » à chanter tout un tas de chansons qui ne sont pas de leur génération (du coup même Brigitte n’a pas l’impression de vieillir).
Arrivée vers 11h 30 sous le soleil (un peu caché) de Bodéga, avec la visite du musée de la vigne où j’ai retenu une expression qui n’était pas de l’animateur de ce musée, mais de Patrick parlant à sa fille Manue « Tu devrais écouter, car si plus tard t’as des problèmes, l’alcool peut t’aider ». Suite à cette grande citation, je me demande ce qu’il a bien voulu dire à sa fille, mais je ne pense pas que cela ait un lien avec le principe de spéculation par la revente de bouteilles de bons crus….
Ensuite visite d’une cave coopérative nous permettant d’essayer de superbes blouses de médecins et, surtout, de déguster le vin rouge et blanc et un peu de Moscatel (vin liquoreux). Travaux pratiques pour Manue, …finalement c’est bien ce que je craignais.
A 14h00, repas (je ne m‘attarderai pas sur la qualité du service ni sur la nourriture du resto qui nous fit regretter les bonnes cuisses d’agneau de la veille).
Dans l’après midi, visite de la maison et du musée de Goya (pour plus de détails sur ces visites, renseignez-vous auprès de Bruno !) puis traversée en bus d’une ferme d’éoliennes et de longues étendues désertiques dignes des plus grands westerns.
Arrivés à Muel, nous avons fait la visite (une de plus) d’une église aux peintures de Goya ainsi que d’une fabrique de céramique.
A notre retour, José nous avait préparé un bonne pizza, de la viande, de la salade de légumes et de la salade de fruits et afin de digérer tout ça, un morito et une goutte de calvados. Non pas de bière, ça va aller merci !!! Bonne nuit.

Jeudi 28 août : Zaragoza

Ce matin, la limousine nous attend devant la porte. La demi-heure de retard n’a pas changé, même pour un départ à 11H00 ( pour une fois que Charlaine est à l’heure).
Arrivée à Saragosse, on divise le groupe en 2, puis encore en 2, pour visiter la basilique et le marché central, avant de se retrouver au resto à 13h30 (au lieu de 13h00 évidemment !).
Alors que nous nous réjouissions de manger un bon repas, par le plus grand des hasards, il manque 6 places pour le premier service. Pour passer le temps et la faim, Elena nous emmena déguster quelques tapas accompagnés de quelques verres dont le premier monte rapidement à la tête.
14h40, ça commence à bien tourner dans ma petite tête, tout comme dans celle de Laurence, Clémence, Guillaume, Eléna et José, alors on retourne au resto pour s’assurer d’avoir de la place lors du deuxième service. Youpi (exclamation un peu dépassée je vous l’accorde) cette fois on peut manger une très bonne paëlla et du poisson ou un bifteck frites, selon l’envie, avec comme dessert une glace (ils aiment bien la glace là-bas, mais en même temps, vu la chaleur, ça se comprend !).
L’épisode qui suit le repas de midi, enfin non de 15h00, est volontairement censuré par mes soins pour ne pas heurter la sensibilité du jeune lecteur. Cependant, pour inciter ce jeune lecteur (si il/elle a 18 ans dans 3 ans) à venir au prochain échange avec l’Espagne, je dirais juste que quelques privilégié(e)s ont pu allègrement se rincer l’œil dans un bar original de type cabaret. Après cet instant ayant rendu Manue toute bouleversée par une certaine proximité, nous partîmes faire quelques emplettes dans les rues de cette belle capitale de l’Aragon. Ces achats auraient pu être réalisés rapidement, mais c’était sans compter sur la présence de Clémence qui au bout d’une demi-heure à regarder des éventails, s’est finalement laissée dissuader par Rodolphe et moi même, à choisir les trois plus beaux ( que nous avons choisis au hasard, en 3 secondes évidemment). L’arrêt dans un bar avant de repartir fut donc plus rapide que prévu (heureusement que nous ne l’avons pas attendue pour son choix de cartes postales). De retour à San Mateo, nous sommes allés dîner chez Luis et Marie, les hôtes de Laurence. La suite de la soirée était libre pour tout le monde et pour certains, le coucher fut plus proche du réveil que pour d’autres.

Vendredi 29 août : C’est déjà fini…snif !!!

Vu les activités de la veille, notamment pour quelques jeunes comme moi (Ben oui ! j’en fait encore parti, comme en témoigne mon passe pour l’expo internationale !), le réveil se réalise en 2 temps avec 35 minutes de « ré endormissement » avant ce lever en sursaut sans l’aide de Laurence. Malgré ce réveil difficile et le fait que ce soit notre dernier jour en Espagne, ce jour reste le premier où, avec Guillaume, nous sommes parfaitement à l’heure ! Eh oui !!! mais aussi….. où José est manifestement bien en retard.
Nous arrivâmes au bus juste avant 9 h00 et, après avoir essuyé quelques petites vannes comme quoi nous étions en retard car le rendez–vous était prévu vers 8h30 (pour les Espagnols, nous étions à l’heure), nous voilà donc au moment des photos de groupe (avec nos têtes biens fraîches) et des au revoir, à dios, hasta luego très chaleureux mais un peu humides ( L).
9h20, départ pour la France où nous laissons derrière nous les paysages désertiques de l’Aragon pour nous enfiler progressivement dans le massif pyrénéen.
Pendant le trajet, chacun retourne à ses petites occupations « autocaristes » avec en plus de l’aller, la tête pleine de belles pensées ibériques (Florian avait-il une petite pensée Germanique ?).
Ainsi, les jeunes nous ont montré qu’ils étaient bien présents en chantant à tue-tête des « pseudomusiques »nous vieillissant tous, même Léa et Manue (je ne parle pas de Brigitte). Etienne a fait comme à l’aller (Cf : première journée), Bruno a fini son bouquin et une partie de tarot a débuté à 9h30 pour se terminer à 21h15. Cette partie composée de joueurs chevronnés tels que Charlaine, Brigitte, Laurence, Guillaume, Rodolphe et même Annie (pour un moment) ne s’est interrompue que lors des repas et autres arrêts pipi. Résultats de cette partie : 1ère Brigitte, 2ème Charlaine, 3ème Guillaume, 4ème Laurence avec un résultat positif et en dernière position Monsieur Conseil avec un résultat plus que négatif (les recommandations de Rodolphe ne doivent pas s’appliquer à lui-même, dommage !).
Bref, après de nombreux rebondissements dans cette partie de tarot , après une petite vie plus ou moins tranquille que chacun mena à l’intérieur de ce bus, enfin, après avoir supporté des ados « sur vitaminés » à je ne sais quoi, si ce n’est à leur fougueuse jeunesse, nous sommes arrivés à bon port à St-Georges-de-Mons, aux environs de 21h30 et surprise : il ne fait pas si froid que ça.
Ça y est, notre séjour est bien fini… et lundi ……….snif !!!

Conclusion :

Je crois pouvoir dire au nom de tous, que nous avons vraiment vécu un séjour exceptionnel en Espagne. Les espagnol(e)s ont été des hôtes formidables, très accueillants, toujours à nos soins et d’une gentillesse incommensurable. Nous garderons ainsi un souvenir fort de cette expérience collective qui a, une fois de plus, renforcée les liens unissant déjà cette belle famille de musiciens.
Ce voyage nous a permis de nous connaître encore mieux et de découvrir, voire redécouvrir le caractère et les petites manies de chacun. Ainsi, pour finir en beauté ce petit carnet, voici un panel de ma vision de chaque musicien pendant ce séjour :

Manue a tendance à rougir devant les chippendales, mais attention à vous car il lui arrive de jeter des verres d’eau à la figure des gens (confirmation par Laurence) et sans aucune raison !

Bruno est un cow-boy qui s’endort dans le musée d’un grand peintre espagnol (on a des preuves).

Charlaine est toujours à l’heure espagnole (attention à la rentrée madame la directrice !).

Etienne se lâche de plus en plus, dommage qu’il fasse du sax parce qu’il est bien ce petit sinon.

Mention spéciale à un batteur super sympa.

Clémence : je ne vais rien dire sur elle car ça serait trop long (presque aussi long que pour faire un choix d’éventail) !.

Emilie la discrète envoie quand même quelques vannes subtiles sur les autres, mine de rien.

Léa fait toujours du ratafia.

Annie retrouve parfois son air autoritaire de maîtresse mais « s’auto vanne » régulièrement.

Alain est le chef officiel de l’apéro, il aime emporter son porte-baguette en voyage mais imaginez rien qu’un instant son accent espagnol !

Héloïse, la coquette, préfère amener tous ses accessoires de Betty Boop plutôt que ses partitions. Dommage, elle a pensé à emmener sa flûte !

Florian reste le petit chef des ados et des salades de langues.

Mention spéciale et remerciement aux trois petites percussionnistes (Laura, Aurélie et Mégane) venues de Chapdes. Vous revenez jouer avec nous quand vous voulez !!!

Léa ! t’as pas fini de jacter !!!

Guillaume le nouveau venu est toujours souriant mais un peu spécial quand même (lol !).

Chuper Roro à une fois de plus été chuper !

Mention spéciale à un super tubiste.

Brigitte restera toujours Brigitte

Laurence sera peut-être un jour comme Brigitte !

Attention, deux étranges mentions spéciales se sont malencontreusement glissées dans ces observations.

Quant à moi je m’aperçois que plus je vieillis, plus je raconte de conneries !!!

A bon entendeur

Nicolas

Images

 

Réagissez sur cet article

gravatar de Bichette Bichette
a écrit le 19 octobre 2008 à 21h20 :

Séjour à San Mateo de Gállego en Espagne.

super d’avoir fait un lien avec notre voyage en Espagne !!! Merci Nico pour ce sympathique compte-rendu !! Il manque quelques photos cela dit...

gravatar de efren59q efren59q - http://mygoogle13.com
a écrit le 12 février 2014 à 22h24 :

Union Musicale en Combrailles - Commentaires

I’ve learn a few good stuff here. Definitely value bookmarking for revisiting. I surprise how a lot attempt you place to make such a magnificent informative web site. thekeyword13

gravatar de paulinefMartin paulinefMartin
a écrit le 25 février 2014 à 13h10 :

re:réponse a cet article

Bon billet s’exprimant sur le sujet. Votre site internet est aussi sympathique à lire

cigaretteelectronique88

le e-cigarette disposables pour e-cigarette nicotine liquid la fumer aller a kelklope, cigarette electronique

gravatar de pjarbo pjarbo
a écrit le 10 août 2015 à 11h47 :

Séjour à San Mateo de Gállego en Espagne.

Cool l’article, merci !

Diana de casque beats pas cher

Réagissez sur cet article

Vous ètes ici : accueil > Association > Evénements > Séjour à San Mateo de Gállego en Espagne.

© Images Union Musicale en Combrailles et stock.xchng | Propulsé par SPIP | Design danslesvolcans.net | Hébergement : OVH

Union Musicale en Combrailles - Avenue de la Gare 63770 Les Ancizes - 04.73.86.74.75